La police municipale bientôt armée

L’examen d’un rapport pour la signature d’un dispositif de « Participation citoyenne » a mis le feu aux poudres au dernier conseil municipal (lundi 22 juin). Un dispositif semblable à celui des « Voisins vigilants » adopté par de nombreuses communes en zone rurale et destiné à lutter contre toutes les formes d’insécurité des personnes et des biens. Cette « Participation citoyenne » (lire ci-contre) devrait encourager, dans un but préventif, les habitants à se comporter en relais pour signaler aux autorités des faits ou des comportements suspects.
Un système qui, pour l’opposition, s’apparente à la mise en place de milices de quartier. Une déclaration qui a déclenché la colère du maire : « Je ne veux pas que les braves gens baissent la tête pour rentrer chez eux. Que cela vous plaise ou non, je continuerai à accentuer la sécurité. » Et de citer un renforcement des contrôles le soir pour la consommation d’alcool dans les rues, une lutte contre les nuisances sonores engendrées par la circulation de quads… « J’ai vocation à être aux côtés de ceux qui veulent être protégés. Et j’irai plus loin à la rentrée, je ferai délibérer le conseil municipal sur l’armement de la police municipale. Je veux protéger la population, les policiers, je souhaite qu’ils n’aient jamais à les utiliser. » D’ici la fin de l’année, les policiers municipaux de Saint-Quentin, à l’image de leurs voisins gasiaquois, devraient donc être équipés d’armes de poing.

Opération « Participation citoyenne »
En terme de vols et de cambriolages, pas question pour les autorités de se résoudre à la fatalité. S’inspirant du dispositif « Voisins vigilants », déployé depuis plusieurs années en zone gendarmerie, la ville de Saint-Quentin s’apprête à mettre en place l’opération « Participation citoyenne ». Une première nationale en zone police !

  • « En début d’année, nous avons signé un contrat local de sécurité destiné à fixer les objectifs en fonction des statistiques de délinquance, rappelle Frédérique Macarez, adjointe au maire. Nous avons dans un premier temps beaucoup travaillé sur la coordination entre les services de police. Mais si les forces de l’ordre agissent sur le terrain, il faut aussi que les habitants deviennent acteurs dans la prévention des cambriolages. »
  • D’où la mise en place du dispositif « Participation citoyenne ». Son principe ? Dans chaque quartier, des « habitants relais » seront chargés de sensibiliser leur voisinage quant aux règles de prudence à respecter. « Au cours des différentes réunions consacrées à la sécurité, tenues dans les quartiers, on s’est aperçu que bon nombre de Saint-Quentinois ne prenaient pas assez de précautions pour se prémunir des voleurs, souligne Frédérique Macarez. Il est donc opportun de rappeler à chacun les bons réflexes et certaines règles élémentaires de sécurité. »
  • Au-delà de ces actions de sensibilisation, les « habitants relais » seront également chargés de la remontée d’informations aux forces de police. « Mais attention, la sécurité est l’affaire de tous. En cas de faits suspects ou de situation anormale, il ne faut jamais hésiter à composer le 17 », insiste Frédérique Macarez. Ce conseil n’a rien d’anodin : à Saint-Quentin, on a en effet enregistré une nette recrudescence des cambriolages en début d’année. Gageons que l’opération « Participation citoyenne » concourra à mettre un frein à ce phénomène.

Alerte PME : nouveau service gratuit
C’est lundi dernier (22 juin) qu’a été lancé le dispositif « Alerte PME ». Objectif : limiter les risques d’insécurité et de délinquance auxquels les entreprises industrielles, artisanales et du secteur du BTP sont exposées (vols à main armée ou avec violence, vols sur les chantiers, d’outillage, de métaux, de matériaux…).

  • Le dispositif « Alerte PME » va ainsi permettre d’être rapidement prévenu par SMS d’un délit ou d’une tentative de délit chez un autre professionnel commis à proximité de son établissement. La finalité étant de renforcer la vigilance des PME afin d’éviter la réitération des faits en leur défaveur et dissuader les délinquants.
  • Pour bénéficier de ce service gratuit développé par la CCI de l’Aisne, c’est simple : il suffit de s’inscrire en ligne sur le site www.alerte-pme.fr/Aisne ou directement auprès des services de la CCI ou de la Chambre de métiers et de l’artisanat.

La traque aux malfaiteurs

  • La traque aux cambrioleurs s’accentue. A Saint-Quentin, les différents services de l’ordre se mobilisent pour mener la vie dure aux voleurs. Un important déploiement visible en mai dernier sur le pont de la gare. Lors de cette opération, les policiers ont contrôlé les véhicules susceptibles de transporter des marchandises frauduleuses. « C’est un secteur de grand passage où nous souhaitons être visibles pour que les malfaiteurs ne se sentent pas en sécurité, indique le sous-préfet Jean-Jacques Boyer. La lutte contre les cambrioleurs est une priorité de première ordre. »
  • Les forces de la police nationale et municipale se sont coordonnées. Soit une trentaine d’hommes au total. « Nous agissons sur réquisition du procureur de la République qui nous autorise à procéder à la fouille des véhicules », précise le commissaire Michel Cassagne. Cette opération sera renouvelée à de multiples reprises en ville.
  • Arrivé au mois d’avril, le nouveau patron du commissariat va renforcer sa cellule anti-cambriolage. « Elle sera en action très rapidement pour lutter contre une frange de la population qui s’enrichit sur le dos des honnêtes gens. » Le commissaire appelle à plus de vigilance de la part des citoyens. « Il faut faire attention à ses voisins. Quand une voiture suspecte tourne dans la rue, il faut appeler le 17. »
  • Selon Michel Cassagne, cette participation citoyenne est « une chance de faire diminuer les vols par effraction. » Dans les campagnes, le dispositif semblable « Voisins vigilants » porte ses fruits. « Il a permis plusieurs arrestations », rappelle le sous-préfet.