La fin de l’hiver

Décidément cette année, avec cet hiver doux et ce printemps hâtif, nous allons de surprise en surprise. La nature, elle-même, ne sait comment réagir à ces différents écarts de températures et de saisons.
Nous assistons tous depuis quelques jours à une métamorphose un peu trop rapide de la végétation. C’est le printemps qui commence, c’est la vie qui revient, c’est le renouveau. Toutes les fleurs de saison sont là pour saluer le printemps. L’enfant leur sourit et tend vers elles ses petites mains. Toutes les plantes, toutes les fleurs ont leur beauté, des plus petites aux plus grandes, qu’elles parent le jardin d’une multitude de fleurs pendant plusieurs mois ou simplement quelques jours. Sur l’étang d’Isle, les oiseaux d’eau commencent leur parade sur la rivière Somme et le canal. Nous recevons alors, émus, la profonde leçon de la terre qui, assurée et confiante, recommence toujours le cycle éternel de la vie. Mais le spectacle vivant se joue avec l’éclosion des bourgeons. Dès février, la longue chevelure des saules a blondi, des tiges rouges d’arbustes se sont gonflées. Les premiers chatons de saule Marsault sont là en velours d’argent. Le temps s’est adouci. L’histoire de l’homme n’a-t-elle pas commencé dans un jardin merveilleux où s’épanouissaient plantes et fleurs, où poussèrent des arbres majestueux, où l’arbre de vie était ses branches, c’était le jardin d’Eden. Mais dès la semaine prochaine, il faut revenir sur terre et nous parlerons de la taille des rosiers… A vos sécateurs !

Elie Delval, Président de la Société d’horticulture de Saint-Quentin

« Et je rêve toujours de transformer le monde en un jardin heureux,
Je sais à présent que ce n’est pas tant par amour des hommes que celui des jardins… »
Romain GARY