Justice : visite du garde des Sceaux

Décidément, les membres du gouvernement semblent avoir un faible pour le territoire axonais. Après la visite de Pap Ndiaye, ministre de l’Education nationale, dans un collège de Fresnoy-le-Grand le 5 janvier dernier, c’est un nouveau cortège ministériel qui, dès le lendemain, a pointé le bout de son nez dans les rues de Saint-Quentin. Place cette fois à Eric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, venu rendre visite au tribunal de justice. La veille, l’ex-ténor du barreau avait attiré l’attention de tous les médias nationaux en dévoilant son plan d’actions, riche d’une soixantaine de mesures, issu des états généraux de la Justice. Lesquels avaient dressé le constat d’un « délabrement avancé » de l’institution et d’une « perte de sens » des professionnels. Points forts de ce plan d’actions : une hausse continue du budget de la justice (11 milliards € en 2027 contre 9,5 milliards € en 2023), un recrutement massif (10 000 fonctionnaires de justice, dont 1 500 magistrats et 1 500 greffiers), le délai du traitement des procédures civiles divisé par deux, la construction de 15 000 places de prison…
De quoi donner le sourire aux acteurs du monde judiciaire, à l’image de l’avocat Marc Antonini, ex-Bâtonnier de Saint-Quentin, qu’Eric Dupond-Moretti a chaleureusement salué : « Eric, c’est un ami de trente ans ! J’ai eu à plaider avec lui mais aussi contre lui. C’est une forte personnalité qui ne lâche rien, quelqu’un de pugnace et de combatif. Avec lui, les relations sont franches, parfois très rudes. Ses succès dans les prétoires lui ont permis de faire une belle carrière et de pouvoir choisir ses affaires, ce qui n’est pas le cas de tous les avocats ! Je n’aurais jamais imaginé le voir devenir garde des Sceaux. D’ailleurs, je ne suis pas sûr qu’il y songeait lui-même… Son plan d’actions en faveur de la justice, tant au niveau budgétaire qu’en terme de recrutement, va dans le bon sens. Un budget de 11 milliards pour 2027, c’est du jamais vu pour le ministère de la Justice ! Il était temps de restaurer cette vieille Maison qui n’en finissait plus de tomber en ruine… »
Accueilli par Frédérique Macarez, le ministre de la Justice a tenu à se montrer rassurant quant à l’avenir de la juridiction. Il faut dire qu’à maintes reprises, la fermeture du tribunal de grande instance a été évoquée dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire. Un vrai serpent de mer qui, faut-il le rappeler, a émergé des flots en 2007 alors que Rachida Dati occupait le poste de Dupond-Moretti. Lequel a donc balayé d’un revers de main cette éternelle rumeur de fermeture. Et salué au passage le projet de création d’une maison de transition judiciaire porté par le maire de Saint-Quentin et Cédric Logelin, le procureur de la ville.