Impôts locaux : pas de hausse

Le 20 février dernier s’est tenu le conseil municipal. Campagne électorale oblige, le débat d’orientations générales du budget primitif, le premier depuis les dernières municipales, a été particulièrement animé. Un budget qui devrait s’équilibrer à 79 818 560 € et pour lequel Xavier Bertrand a réaffirmé son engagement de ne pas augmenter la pression fiscale.

Une décision qui, compte tenu du désengagement de l’Etat en matière de dotations (- 1,8 M€ dès cette année pour la Ville, – 2,7 M€ pour la communauté d’agglo, soit un total de 4,5 M€ en moins), devra entraîner des économies. « Nous devrons faire des choix », a indiqué le maire en déplorant une overdose fiscale dans le pays, avant de rappeler sa détermination à investir 100 M€ sur la mandature, près de 20 M€ cette année.

L’élu communiste Olivier Tournay a, pour sa part, regretté que les économies ne portent pas sur les dépenses de télévision, vidéosurveillance, délégations de services publics et communication. Sylvie Saillard (FN) a, quant à elle, suggéré une renégociation des taux d’emprunt et un réaménagement des « projets pharaoniques » pour le quai Gayant, suggestion qui a essuyé un refus cinglant du maire. Côté PS, Carole Berlemont est montée au créneau, reprenant les mêmes arguments en demandant une baisse des taux d’imposition et reprochant la suspension de la participation de la ville au fonds départemental de solidarité. Réponse de Xavier Bertrand : « Je ne vous ai pas entendu faire de propositions… Avec les socialistes, pour voir la rose, il faut aller chez le fleuriste. Je n’ai pas à faire les fins de mois d’un conseil général qui ne sait pas gérer. » Et de donner rendez-vous le 30 mars prochain pour le vote de ce budget qui promet de nouvelles joutes verbales.eefcc9b2e18f19d366ccaa8671b7b7cee58a3e52_0