il est où le soleil… mais il est où ?

Satanée grisaille ! Même si le soleil est annoncé pour cette fin de semaine, difficile d’oublier qu’on vient de se farcir deux mois de météo exécrable. Avec à la clé des records de déficit d’ensoleillement à Saint-Quentin. Durant les mois de décembre et janvier, on aura ainsi compté 31 jours avec… 0 minute de soleil. La poisse ! En décembre, l’ensoleillement aura duré à peine plus de 39 heures, soit près de 12 heures en moins par rapport à la normale. Et c’est encore pire en janvier : 25 heures de soleil seulement, soit 43 heures en-dessous de la moyenne. Bref, deux mois sacrément pourris durant lesquels le soleil aura surtout brillé par son absence. Résultat : un moral dans les chaussettes avec l’envie de prendre ses jambes à son cou ! Mais tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir un séjour sous les tropiques pour se requinquer. Certains ont donc opté pour une solution beaucoup moins onéreuse avec la luminothérapie. Son principe est simple : pour éviter de souffrir du manque de soleil, il suffit de s’exposer quotidiennement à des rayons lumineux imitant ceux du soleil. Grâce à cette lumière blanche, produite par une lampe que l’on place près de son lit ou sur son bureau, la luminothérapie a pour effet de rééquilibrer la sécrétion de mélatonine, une hormone qui intervient dans la régulation de l’horloge biologique. « Mon mari m’a offert à Noël une lampe de luminothérapie, témoigne Olivia, une Saint-Quentinoise de 47 ans. Tous les matins, j’ai vraiment l’impression de me réveiller avec la lumière du soleil. Idéal pour lutter contre la déprime hivernale ! » Reste maintenant à espérer que le soleil, du moins le vrai, cesse de rester aux abonnés absents…

Ensoleillement du 1er décembre au 31 janvier à Saint-Quentin

31 jours avec 0 minute de soleil
43 jours avec moins de 1 h de soleil
2 jours avec plus de 6 h de soleil

 

Parlons santé avec le Dr Serge Benoît

Soleil & vitamine D

Selon Météo France, notre région est en déficit de soleil depuis novembre, risquant de battre un record qui date de 1948.
Déprime, irritabilité, anxiété… Autour de nous, nos concitoyens sont, cette année, atteints par le « mal de l’hiver » car nous avons tous besoin de notre dose de lumière produite par le soleil. Mais pas seulement pour nous maintenir en bonne forme morale car l’ensoleillement joue un rôle très important dans la production de vitamine D ou calciférol par notre organisme.
Le calciférol est une vitamine apportée par l’alimentation mais également une hormone produite par l’organisme sous l’effet des rayons du soleil, et son rôle est capital dans le métabolisme phosphocalcique.
Chez l’enfant, elle est indispensable à la croissance osseuse ; chez l’adulte, elle contribue à la prévention de l’ostéoporose, augmentant l’assimilation du calcium et sa fixation sur l’os, elle contribue également au bon fonctionnement musculaire.
Etant dans une région particulièrement peu ensoleillée en cet hiver pluvieux, ne pouvant guère compter sur la production par notre peau de vitamine D, nous devons particulièrement veiller à nos apports en calciférol alimentaire.
Autrefois, nos aïeux donnaient aux enfants la bien connue « huile de foie de morue » qui, gustativement, a laissé de bien mauvais souvenirs à nos parents. Mais on trouve aussi la vitamine D dans les poissons gras (saumon, sardine, maquereaux), dans les abats, les œufs, les fromages et le beurre. Certains laits sont maintenant enrichis en vitamine D. Enfin, sachez qu’il peut être utile de doser la vitamine D dans le sang et qu’il est possible en cas de carence avérée de prendre une ampoule de la précieuse vitamine, sur prescription médicale bien entendu !