Hubert Reeves plus vrai que nature !

Le plus célèbre des astrophysiciens était de passage à Saint-Quentin le 7 décembre dernier pour une séance de dédicaces à la librairie Cognet. L’occasion pour Hubert Reeves d’échanger avec ses lecteurs et de promouvoir la série de bandes dessinées dans laquelle il explique la nature aux enfants. Mais avant cela, il s’est volontiers prêté au jeu de l’interview chez son amie Nelly Boutinot où nous l’avons rencontré…

Après avoir consacré votre vie au cosmos, vous semblez aujourd’hui surtout intéressé par la Terre. Elle va comment notre planète ?
– Hubert Reeves : « Ce qui est certain, c’est qu’elle reste très menacée avec cette question essentielle : va-t-on garder notre planète habitable ? Malheureusement, l’avenir est inconnu. Pour l’heure, nous sommes dans une situation de conflit avec deux puissances opposées qui sont à l’œuvre : détérioration et restauration. On voit bien que la déforestation se poursuit, tandis que la pollution ne cesse de s’aggraver. Mais en même temps, on assiste à une sorte de « réveil vert », une vraie prise de conscience qui penche en faveur de la restauration. »
Cela dit, en matière de protection de l’environnement, les bonnes nouvelles se font rares…
– Hubert Reeves : « C’est d’abord la faute aux médias qui ne parlent que des mauvaises nouvelles. Ça n’est jamais bon pour le moral des troupes ! Or, les bonnes nouvelles existent. Prenez l’exemple des baleines à bosse. Il y a cinquante ans, on en tuait 50 000 par an et on était persuadé qu’elles allaient disparaître des océans. Aujourd’hui, la plupart des baleines à bosse ne sont plus menacées et ont même été retirées de la liste des espèces en péril. »
Sur France Inter, vous avez récemment évoqué le PFH, un bien drôle d’acronyme…
– Hubert Reeves : « C’est une expression qui vient du Québec et qui explique tout et rien à la fois. Le PFH, c’est le « putain de facteur humain » (sourire). Pourquoi Trump défend-il le pétrole et le charbon au mépris du réchauffement climatique ? Pourquoi les Japonais ont-ils construit la centrale nucléaire de Fukushima dans une zone à forte activité sismique ? Tout cela relève du PFH, qui privilégie toujours le profit à court terme au détriment de la sécurité… »
Pourquoi avoir choisi la BD pour expliquer la nature aux enfants ?
– Hubert Reeves : « La bande dessinée, c’est pour moi une découverte récente. Je trouve que la jonction des mots et des dessins est très efficace et favorise la pédagogie. Et puis, pour cette série de BD, j’ai eu le plaisir de collaborer avec mon amie Nelly Boutinot, qui est une femme remarquable… »
Dernière question à 1 000 $ canadiens et qui s’adresse à l’astrophysicien : sommes-nous seuls dans l’univers ?
– Hubert Reeves : « Je l’ignore. Mais mon opinion, qui n’est fondée sur aucune preuve, aucune observation, c’est qu’il existe quantité de planètes habitées dans l’univers. Au fond, ça me plairait de rencontrer des extraterrestres. S’ils ont dépassé le stade de l’auto-destruction, nul doute qu’ils auraient bien des choses à nous apprendre. »  B. Duchet

Série BD « Hubert Reeves nous explique » : trois tomes parus aux éditions Le Lombard.