Hauts-de-France – Opération Nettoyage

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bouteilles, sachets, canettes, emballages en tous genres… De nombreux déchets jonchent les bords de nos routes et chemins. Un lecteur nous a d’ailleurs fait part de son agacement. « Je suis chauffeur de bus, je sillonne les routes de nos campagnes et je pratique la course à pied. à chacune de mes sorties, je constate le non-respect des gens envers l’environnement. Il faut voir le nombre de bouteilles en plastique ou de canettes sur les bas-côtés », déplore Roger Caplin. « Je ne suis pas un militant écolo, mais je regrette de voir cela. Les conducteurs qui ont fini leur bouteille ou canette peuvent attendre de rentrer chez eux pour la jeter à la poubelle ». Agacé, ce Saint-Quentinois profite d’ailleurs de ses balades pour ramasser les divers détritus qu’il trouve sur son chemin. « Il faut voir ce que je ramasse !
La semaine dernière encore, j’ai rempli un sac entier. Il faudrait mieux sensibiliser les gens pour éviter cette pollution. »
Bonne nouvelle : la région entend bien endiguer ce fléau environnemental en lançant une nouvelle opération les samedi 18 et dimanche 19 mars : « Hauts-de-France propres ». Dans toute la région, diverses opérations de ramassage de déchets sont au programme. L’Agglo du Saint-Quentinois s’associe naturellement à cette initiative à travers divers rendez-vous (programme ci-dessous), mais aussi en lançant une campagne de sensibilisation à la réduction du gaspillage alimentaire. Un premier temps fort est d’ailleurs prévu ce vendredi 17 mars au lycée Colard-Noël avec un séminaire et la signature d’une charte. Un seul mot d’ordre : « Ça suffit le gâchis ! »
Les opérations de nettoyage programmées ce week-end seront coordonnées par les fédérations départementales de chasse et de pêche. Objectif : mobiliser le plus grand nombre de bénévoles pour ramasser et trier le plus de déchets possible. Des kits de nettoyage seront remis à chaque participant (gants, sacs et gilets de sécurité). En famille ou entre amis, vous pourrez ainsi contribuer au respect de l’environnement et à l’embellissement des rues et chemins. « Cela ne coûte rien. Sinon, il y en aura de plus en plus », conclut Roger Caplin.