Halte aux cogneurs ! Mobilisation contre les violences faites aux femmes

 

Chaque semaine à Saint-Quentin, deux à trois hommes sont déferrés devant la justice pour violences conjugales. Des chiffres particulièrement alarmants lorsqu’on sait que moins d’une femme sur cinq porte plainte. L’an dernier au plan national, 148 femmes ont trouvé la mort des suites de violences…
Pour lutter contre ce fléau, la Ville a récemment organisé, dans le cadre du « Tour de France de l’égalité », un atelier sur les violences faites aux femmes. Différents responsables d’associations et de réseaux, ainsi que des assistantes sociales et des victimes se sont réunis pour témoigner et échanger. Les travaux se sont organisés en deux ateliers, l’un sur la prise en charge des victimes et l’accompagnement social pour les mettre à l’abri des violences ; le second consacré à leur réinsertion professionnelle.
A Saint-Quentin, l’hôtel social du CCAS dispose de 34 places pour permettre aux personnes accueillies de conserver les gestes de la vie quotidienne en réelle autonomie. L’an dernier, 147 femmes et 145 enfants ont été hébergées dans l’Aisne, 21 femmes et 20 enfants à Saint-Quentin. « Une action publique très forte doit être menée », a déclaré le maire Frédérique Macarez avant de lancer un appel à l’adresse des femmes victimes de violences : « Saisissez les pouvoirs publics. Vous ne devez pas accepter qu’un homme vous frappe. » En cas de nécessité, un n° de téléphone : le 3919, ouvert 7 jours sur 7 et 24 h sur 24, ou le 115 qui n’est pas réservé qu’aux sans abris.

Groupe de parole
– Gratuit et confidentiel, un groupe de parole animé par Aurore Colinet, psychologue à l’hôtel de police, et Sylvie Lesur, assistante sociale référente de l’hôtel du CCAS, se réunit deux fois par mois au CCAS.

Réinsertion
– Réinsertion professionnelle : une convention de partenariat pour les femmes victimes de violences a été signée avec une société spécialisée dans les produits cosmétiques. Cinq femmes sont actuellement en formation.

Alarmant
– L’an dernier, 201 000 femmes ont été victimes de violences physiques ou sexuelles, soit 1,2 % des femmes en France. Seules 16 % ont porté plainte et plus de la moitié n’ont effectué aucune démarche. 25,5 % des femmes sont victimes d’agressions verbales sur leur lieu de travail. 83 000 femmes ont été victimes de viol, seules 11 % ont déposé plainte. Et une femme met en moyenne 7 ans à sortir de l’emprise de son conjoint violent.

Livret
– L’an prochain, outre la poursuite des campagnes d’affichage, la Ville va éditer un livret comprenant les coordonnées des différents acteurs pour accompagner les femmes victimes de violences.