Gala de boxe Carton plein pour les Saint-Quentinois

Le gala international de boxe de la Saint-Valentin a tenu toutes ses promesses avec un sans faute des pugilistes du BCSQ et beaucoup d’émotion. Chez les amateurs, sous l’œil de son père Tony, Kylian Averlant a donné le ton en signant une victoire par arrêt de l’arbitre à la 2e reprise.
– Pour son premier combat professionnel chez les mi-moyens en 4 x 3, coaché par Jérôme Thomas, John Lafont, limpide et précis, a signé une superbe victoire aux points qui laisse présager un bel avenir.
– Chez les mi-lourds avant même de combattre, son adversaire ayant préféré déclarer forfait, Dylan Averlant a reçu la ceinture de vainqueur du critérium national des espoirs. Opposé ensuite en 6 reprises au Monégasque gaucher Omar Kobba, après un premier round d’observation, Dylan a déroulé sa boxe un ton nettement au-dessus de son adversaire, arrêté par l’arbitre à la 5e reprise.
– Quinze jours après sa défaite en finale du championnat de France des mi-lourds, à 35 ans, après trois titres de champion du monde et 27 victoires, Tony Averlant a tiré sa révérence avec panache. Face à un adversaire loin d’être un faire-valoir, le Bulgare Konstantin Aleksandrov, le Saint-Quentinois s’est imposé aux points. Après avoir reçu la médaille d’honneur de la ville des mains de Frédérique Macarez, Tony Averlant, les larmes au bord des yeux, a remercié son public.
– Pour son 50e combat professionnel, le 23e à domicile, chez les super-plumes Guillaume Frénois (36 ans) s’est imposé avec maestria en 12 reprises face à l’Uruguayen Caril Herrera. Une victoire qui lui a permis de revêtir la ceinture intercontinentale WBA. Une 47e victoire qui marque une nouvelle progression et devrait lui permettre d’entrer dans le Top 10 de la WBA et lui ouvrir les portes d’un nouveau championnat du monde.