G. Frénois : aucun regret

Après s’être incliné aux points à Dallas le 27 juillet dernier face à Tevin Farmer pour le titre mondial des super-plumes, au retour de vacances passées à La Rochelle Guillaume Frénois s’est confié à Saint-Quentin Mag…
Quelle leçon tirez-vous de ce championnat du monde perdu aux points ?
– G.F. : « Je suis un sportif, un compétiteur, c’est une belle expérience. Mais la déception est là. Je suis fier d’en être arrivé là, je ne suis pas passé loin, je n’ai jamais été mis en danger. Mon adversaire, qui en était à son 5e championnat du monde, boxait défensivement à merveille, très difficile à toucher. L’enjeu m’a bloqué durant quelques rounds. Je n’ai pas été volé mais les trois juges étaient américains, c’était impossible de gagner. »
Espérez-vous une nouvelle chance mondiale ?
– G.F. : « Je ne sais pas du tout, j’espère, je suis toujours dans les starting-blocks. Mais avec seulement 2 défaites en 49 combats, une lors de mon premier championnat d’Europe en Italie, la seconde à Dallas pour la ceinture mondiale, je n’ai vraiment aucun regret surtout par rapport aux moyens de préparation dont je dispose. J’exerce une profession en plus du sport, je suis un artisan du noble art, un boxeur de DH qui arriver à jouer en Ligue des champions. »
Comment voyez-vous votre avenir pugilistique ?
– G.F. : « J’ai 36 ans, je suis marié, j’ai deux enfants de 4 et 8 ans, je suis professeur de sport, la boxe est pour moi une passion pas un métier. Mais pour l’instant, je n’ai pas pris beaucoup de coups et je n’ai pas envie de mettre fin à ma carrière. Mon combat en demi-finale mondiale avait été trois fois plus dur que celui pour le titre. Je vais refaire un combat de rentrée puis certainement combattre pour une ceinture internationale. »