Frédérique Macarez – Prête à affronter 2021 « On aspire tous à retrouver une vie normale »

Comme beaucoup d’élus locaux, Frédérique Macarez aura vécu une année 2020 contrastée, d’abord marquée par sa victoire aux municipales avec, dans la foulée, son accession à la tête de l’Agglo du Saint-Quentinois. Mais 2020 aura aussi été l’année de tous les cauchemars avec une crise sanitaire sans précédent, doublée d’une crise économique dont on peine encore à saisir les contours. Un double fléau face auquel les maires ont joué un rôle déterminant auprès des populations les plus démunies, tout en s’appliquant à soutenir les personnels soignants ainsi que l’économie locale. Reste maintenant l’espoir du vaccin pour mettre un terme à cette annus horribilis qui, pour l’heure, semble sans fin…
Comme beaucoup de Français, vous deviez avoir hâte de tourner la page de l’année 2020…
– F.M. : « 2020 aura été une année très particulière et extrêmement éprouvante. Alors c’est vrai qu’au 31 décembre, on aurait bien aimé pouvoir tourner la page pour que tout change dans le bon sens. Ça n’est malheureusement pas possible. Ce qui est sûr, c’est qu’on aspire tous à retrouver une vie normale, une vie ensemble, d’entendre des rires, de se rencontrer, de voir la vie sociale reprendre son cours. Reste à savoir combien de temps il faudra encore patienter pour enfin maîtriser cette crise sanitaire qui bouleverse le monde avec des rebondissements permanents. »
On pensait que le vaccin anti-Covid allait rapidement nous permettre d’entrevoir le bout du tunnel. Encore faut-il que la campagne de vaccination trouve son rythme de croisière. Vous pensez que les maires ont la capacité d’accélérer le mouvement ?
– F.M. : « Les élus locaux souhaitent accompagner l’Etat dans ce travail parce qu’ils constituent un véritable échelon de terrain. Tous les élus, quelle que soit la taille de leur commune, ont l’habitude du lien de proximité et de l’organisation de manière générale. Ils ont beaucoup à apporter et puis, il y a ce lien de confiance avec la population. Comme beaucoup de maires en France, je demande l’ouverture d’un centre de vaccination à Saint-Quentin dans un bâtiment municipal. J’ai d’ailleurs fait offre de services à l’Etat en proposant de mettre à disposition un site supplémentaire pour les vaccinations. Mais attention, les élus locaux ne peuvent venir qu’en complément des professionnels de santé qui restent en première ligne. Avec le centre hospitalier et l’hôpital privé Saint-Claude, nous avons la chance d’avoir un échange permanent et si un projet se monte à Saint-Quentin, il se fera avec eux. L’objectif est double :
faire en sorte que la vaccination soit plus rapide pour la population et qu’elle soit plus simple, dans un lieu bien connu de tous et facile d’accès. »
En marge de la crise sanitaire, l’année 2021 s’annonce fructueuse en terme de grands chantiers avec la Maison de services, la piscine Jean-Bouin ou encore les nouveaux aménagements du parc d’Isle…
– F.M. : « On sera effectivement heureux cette année de mettre à disposition des habitants des équipements supplémentaires ou qui ont été reconfigurés. La question qui se pose n’est pas celle du rythme des travaux mais à quel moment ces équipements pourront accueillir du public. L’ancien Casino Jean-qui-rit au faubourg d’Isle, transformé en Maison de services, va être magnifique. Au parc d’Isle, les travaux de rénovation de la Maison de l’environnement vont bon train. Et puis, la nouvelle piscine Jean-Bouin devrait être en mesure d’ouvrir au printemps. D’autres projets nous tiennent également à cœur avec bon nombre de travaux de voirie, notamment dans la rue de Paris où l’on souhaiterait aménager une piste cyclable. Vont également se poursuivre les travaux de la basilique avec, en point d’orgue, l’aménagement de son parvis confié à l’architecte Jean-Michel Wilmotte. Et puis, une nouveauté cette année avec l’arrivée du bus France Services : il s’agit d’un bus avec des services municipaux qui va sillonner les quartiers pour être au plus près des habitants. En cette période où chacun est invité à sortir très peu de chez soi, ce bus va trouver toute son utilité. »
On vous connaissait maire, on vous découvre aussi présidente de l’Agglo du Saint-Quentinois, à la tête d’un territoire de plus de 85 000 habitants. Comment concevez-vous ce rôle ?
– F.M. : « C’est un rôle avec beaucoup de responsabilités que j’ai envie de vivre en travaillant en équipe avec les maires des 38 communes qui, en plus de Saint-Quentin, composent l’Agglo. Cela nous laisse la possibilité de travailler sur l’aménagement du territoire, sur des questions d’enseignement supérieur, de voies d’eau… On passe aussi beaucoup de temps à échanger avec les territoires voisins, la communauté de communes du Vermandois, celle de la Vallée de l’Oise, mais également les territoires de Chauny-Tergnier-La Fère et l’est de la Somme. On raisonne en lieu de vie pour nos habitants et on essaie de partager les grands projets ensemble. »