Entrez dans la danse !

Organisée au théâtre Jean-Vilar par l’association pour la promotion de la danse Choréo, la 36e édition des Rencontres chorégraphiques de Picardie accueillera cette année la compagnie de l’ex-danseur de Maurice Béjart formé à l’Opéra de Paris, François Mauduit. Sur deux week-ends, l’édition 2019 ne comportera pour la première fois que trois spectacles au lieu de quatre les années précédentes. Le dimanche 27 janvier à 16 h, honneur aux danseurs régionaux avec 19 groupes pour 23 ballets, dont les écoles de danse saint-quentinoises de Sylvaine Polard, Estelle Pruvot, Catherine Petit et Angélique Didier. Des groupes régionaux que l’on retrouvera en première partie le samedi 2 février à 20 h 30 avec 12 groupes pour 16 ballets.
La compagnie de François Mauduit dansera ensuite « Le Bolero » de Ravel, puis « Le Sacre du printemps », une chorégraphie de Vaslav Nijinski sur une musique d’Igor Stravinsky. Un ballet plus vivant que jamais, créé en 1913 par les ballets russes de Serge Diaghilev. Pour finir, un pas de deux avec « Samson et Dalila » de Camille Saint-Saëns.
Enfin, le dimanche 3 février à 16 h, apothéose de cette 36e édition avec 9 groupes pour 10 ballets. Après les régionaux, un ballet vif et grandiloquent : « La Dame de pique » avec une chorégraphie néo-classique au service des 8 danseurs de la compagnie François Mauduit. Après les Marie-Claude Pietragalla, Patrick Dupond… du très haut niveau encore une fois pour ce rendez-vous 2019 présidé par Attilio Labis, danseur étoile de l’opéra national de Paris, avec un prix des places très abordable (20 et 14 €). Réservation à l’espace Saint-Jacques : 03 23 62 36 77.

Focus sur François Mauduit
– Né à Caen en 1983, il intègre l’école de danse de l’Opéra de Paris dirigée par Claude Bessy en 2001. L’année suivante, il est engagé à l’opéra de Florence, puis rejoint Maurice Béjart à Lausanne. Après avoir interprété les plus grands ballets, il crée sa compagnie en 2006. Celle-ci sera récompensée en 2010 par le prix Positano « Léonide Massine ». En 2011 et 2012, il dansera de nouveau avec le Béjart Ballet Lausanne avant de relancer sa compagnie. En 2014, il lance le concours international de danse classique « Nijinski » à Deauville.