En avant ! avec Francis Huster

 

AVANTI 2 @Evelyne DESAUX

Voici sans doute l’un des temps forts de la saison théâtrale. « Avanti ! » n’est pas seulement une brillante comédie qui nous entraîne sous le soleil d’Italie, c’est aussi une pièce qui met à l’honneur un duo inédit, à la fois chic et glamour, composé d’Ingrid Chauvin et de Francis Huster. Un éternel jeune premier de bientôt 70 ans qui, avant de monter sur la scène du Splendid, a répondu à nos questions. Un mot pour résumer l’intéressé ? Sans hésiter : passion…

On ne compte plus les pièces à succès que vous avez jouées dans votre carrière. Qu’est-ce qui vous a séduit dans « Avanti ! », une pièce signée Samuel Taylor ?
Francis Huster : « Précisément parce qu’elle est signée Samuel Taylor, qui est sans conteste aux Etats-Unis l’un des plus grands auteurs de comédie. Ce qui exige d’ailleurs que cette pièce soit montée à l’américaine avec de très beaux décors, une vraie panoplie de costumes et surtout des répliques qui font rire et sont toujours parfaitement calibrées. Et puis, cela faisait quatre ou cinq ans que j’interprétais sur scène des drames. Du Giraudoux, du Stefan Zweig… Alors, ouf ! Ça fait du bien de faire une comédie brillante. »

Sur scène, on vous retrouve aux côtés d’Ingrid Chauvin, que le grand public connaît surtout pour ses rôles à la télévision…
Francis Huster : « Ce qui nous manque au théâtre, ce sont des comédiennes comme Ingrid. Sexy, belle, pétillante ! Je trouve qu’on forme un duo formidable. Je lui prédis d’ailleurs une très belle carrière au théâtre même si elle doit rester une star de la télévision. »

A la mise en scène de cette pièce, on retrouve Steve Suissa avec qui vous avez beaucoup collaboré… 
Francis Huster : « Steve, il d’abord été mon élève au cours Florent. Son véritable destin, c’est le cinéma. Il a d’ailleurs réalisé des films qui ont révélé des actrices comme Bérénice Béjo ou Cristiana Reali. Mais sa rencontre avec le théâtre a été déterminante. Pendant dix ans, il a appris son métier de directeur d’acteurs. Et sa grande force, c’est de nous faire jouer sur scène comme s’il y avait des caméras. »

Vous avez récemment déclaré : « si je fais ce métier, c’est pour ne pas être dans la vraie vie. Sinon, je serais déjà mort »…
Francis Huster : « La vraie vie, j’ai failli la perdre deux ou trois fois ! C’est vrai que le métier de comédien permet d’être hors de la vie. Mais c’est un métier dangereux. Il faut suivre une route et ne jamais la quitter pour que le public vous suive. Sinon, c’est la mort au tournant… »

Cela fait un certain temps que vous avez mis le cinéma et la télé entre parenthèses. A quand votre grand retour ?
Francis Huster : « Ça fait effectivement dix ans que je me consacre exclusivement au théâtre. Et les dix ans à venir, je vais les consacrer au ciné et à la télé. J’ai envie d’un retour à la Clint Eastwood en passant derrière la caméra. Mais cette envie de réaliser ne m’empêchera pas d’être acteur. Je devrais d’ailleurs participer à une nouvelle série américaine sur soixante épisodes. Un projet très noir, une grosse production dans lequel je jouerai le rôle d’un frenchy. »

En cette veille de présidentielle (*), impossible de ne pas vous poser la question : de quel président la France a-t-elle besoin ?
Francis Huster : « Du Kennedy français et donc d’Emmanuel Macron ! Il faut un président qui porte la jeunesse, qui la pousse à l’espoir et à bâtir le pays de demain. » B. Duchet
(*) Interview réalisée par téléphone le 6 mai.

« Avanti ! » : dimanche 14 mai à 16 h au Splendid. Tarif plein : 39 €.
Opération spéciale : 1 place achetée = 1 place offerte.
Billetterie : 47, rue d’Isle. Tél. : 03 23 62 36 77