Elles rament contre le cancer

Dragon ladies… L’expression est née au milieu des années 90, du côté du Canada où des femmes, atteintes d’un cancer, décident de s’unir pour lutter contre la maladie. A bord d’une pirogue flanquée d’une tête de dragon, elles se sont mises à ramer. Encore et encore, soudées dans l’effort, guerrières volontaires tournées vers un seul horizon, celui de la guérison…
En 2009, des Rémoises importent le concept en France. L’association « Ensemble pour elles » voit le jour et depuis, des femmes de tous âges ne cessent de pagayer pour ne plus « vivre » leur cancer comme une galère solitaire… C’est précisément cette initiative qui a inspiré à Pascale Quentin la création, en février dernier à Saint-Quentin, de l’association « Diamant rose ». Mais pourquoi ce nom ? « L’idée du diamant rose désigne quelque chose de fort et fragile à la fois. Vous savez, quand une femme découvre qu’elle a un cancer, elle se retrouve fragilisée et en même temps, elle sait qu’elle va devoir rassembler toutes ses forces pour se battre contre la maladie. Bien sûr, chaque cas est unique, un peu comme un diamant rose. Mais au final, la volonté de vivre l’emporte, c’est ce qui anime tous les malades. »
Depuis le mois d’avril, une douzaines de Saint-Quentinoises ont pris l’habitude de se retrouver deux fois par semaine du côté du parc d’Isle. « Le lundi matin, nous organisons une marche. Quant au samedi matin, c’est séance « pagaie » à la base nautique ! Grâce à la gentillesse du club de canoë-kayak qui nous épaule, nous nous entraînons à pagayer sur l’étang d’Isle. Notre objectif est d’acquérir très vite un dragon boat de dix ou vingt places pour participer à des frégates ». Pascale Quentin et ses amies du « Diamant rose » rêvent ainsi de participer à la célèbre Vogalonga de Venise, une course de quelque 32 km à la rame à travers les canaux.
« En 2015, si tout va bien, nous serons sur la ligne de départ », assure Pascale Quentin d’une voix confiante. Dieu que l’horizon est beau lorsqu’il s’éclaircit…

« Diamant rose » L’association peut être contactée au 06 10 68 42 97 ou par courriel : diamantrose@gmail.com. Des permanences sont assurées le 1er et le 3e lundi (14 h à 18 h) de chaque mois sur le site de la base nautique, ainsi que le samedi matin (10 h à 12 h).

TÉMOIGNAGE : Pascale Quentin
Maman de trois enfants, Pascale Quentin a vu son existence lui échapper en août 2011. « Plusieurs jours après des analyses médicales, je reçois un coup de fil. On m’annonce alors clairement que je suis atteinte d’un cancer du sein. »
La suite ? « Une spirale infernale avec des hauts et des bas. J’ai subi sept opérations en trois ans. J’étais comme dans une bulle, cernée par la maladie. Pour survivre, on sait qu’on doit se battre, être dans l’action. L’idée que j’aurais pu mourir ne m’est venue que bien plus tard. »
Aujourd’hui, Pascale se rend compte à quel point le « Diamant rose » peut être précieux pour les femmes malades d’un cancer. « On se retrouve entre nous, on rigole, on se soutient. Et puis, on peut enfin parler de notre maladie, sans tabou, sans complexe. Cette communion entre nous, c’est comme une parenthèse de liberté… »

Laisser une réponse