Du mobilier à base de bière !

Le Saint-Quentinois Franck Grossel a dernièrement été désigné lauréat du Prix national de la bioéconomie (doté de 10 000 €) lors du dernier salon international de l’agriculture. L’équivalent en terme de notoriété du concours Lépine pour la Foire de Paris. Un concours réservé aux projets destinés à valoriser divers usages de bioressources pouvant se substituer aux solutions issues du carbone fossile. Un concours organisé par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.
Le projet de Franck Grossel a consisté à concevoir du mobilier et des accessoires (bancs, chaises, tabourets, lampes, panneaux acoustiques…) en recyclant des matériaux écoresponsables issus du brassage de la bière, appelés drêches. Pour cela, il a crée sa société « Instead » (signifiant « à la place de » en anglais) pour développer du « mobilier brassé ». Et pourtant, rien ne prédestinait à ce parcours ce jeune homme de 26 ans, titulaire d’un DMA ébénisterie au lycée d’Ameublement en 2014, puis d’une licence Designer à Nantes. « Je suis un amateur de bière et j’ai voulu associer mon savoir-faire à ma passion… J’ai travaillé sur la thématique du zéro déchet en m’intéressant au process de la bière : eau, houblon, levure et malt. » Le génial inventeur a alors eu l’idée de récupérer chez les brasseurs la drêche, c’est-à-dire les résidus du brassage du malt, une fibre courte qui, après séchage, est transformée en particules qui deviendront ensuite du mobilier après avoir été coulées dans des moules.
« L’utilisation de rebus d’une grande brasserie de Saint-Quentin permettrait à elle seule la fabrication de 150 tabourets par semaine. A l’ère de la surcon-sommation, je pense qu’il est important de considérer les déchets comme une matière première en leur offrant une seconde vie », souligne Franck.
La commercialisation devrait débuter en septembre prochain à l’occasion de la manifestation « Lille capitale du Design ». Le potentiel paraît énorme puisqu’en 2017, pas moins de 300 millions de tonnes de drêches issues de la fabrication de 2 milliards de litres de bière ont fini en déchetterie.