Dr banquier et Mr rappeur

 

Pour Julien Siry, la crise sanitaire s’est dédoublée en crise d’identité. Avec en toile de fond une curieuse question : peut-on embrasser une carrière de rappeur quand on exerce l’honorable métier de banquier ? à défaut de pouvoir apporter une réponse définitive, Julien Siry, 35 ans, n’oublie pas l’élément déclencheur qui a fait basculer sa vie : « En novembre 2020, mon père a attrapé le Covid et s’est retrouvé en service de réanimation. Pendant plusieurs jours, il a vraiment été entre la vie et la mort. J’ai eu très peur pour lui. » Une période nourrie d’angoisse qui a poussé Julien à réagir : « J’ai ressenti le besoin d’écrire un texte pour mon père. Un texte qui est ensuite devenu les paroles d’une chanson. » Plus fort que le Covid, le papa de Julien est parvenu à se remettre sur pied, sans savoir qu’il a fait naître chez son fils une nouvelle vocation : « à cette époque, j’habitais à Laon, je dirigeais une agence bancaire à Soissons et à mes heures perdues, je n’arrêtais pas d’écrire des chansons. En avril 2021, à l’approche de l’Euro de foot, j’ai composé un morceau destiné à soutenir les Bleus. Et là, la magie a opéré… » Le hasard faisant parfois bien les choses, la composition de Julien est arrivée aux oreilles d’un producteur qui a notamment collaboré avec David Guetta. Résultat, un single (« Allez les Bleus ») et un clip vu près de 100 000 fois sur Youtube. Peut-être le début d’une nouvelle carrière pour Julien, aujourd’hui installé à Saint-Quentin et qui s’est au passage trouvé un nom de scène : Sir Yris. « J’ai bien conscience que le milieu de la musique n’est pas facilement accessible. Mais j’ai voulu me donner une chance en mettant ma carrière de banquier entre parenthèses pendant une année et suivre à Reims des études en audiovisuel. » Dans la foulée, le jeune homme a créé sa propose société de production (Sir Yris Production) au sein de laquelle il est sur tous les fronts : label musical, vidéo sur-mesure et production artistique. « Si je parviens à grandir dans la musique, je veux être suffisamment armé pour pouvoir m’auto-produire. » Sans avoir un véritable plan de carrière, Julien s’est donné un an pour sortir son premier album pour lequel il a déjà en stock bon nombre de morceaux. Mais un petit coup de pouce financier ne serait pas de refus !
Si sa banque (Crédit Agricole) joue déjà les sponsors, Sir Yris a lancé fin février une cagnotte en ligne (*). Objectif : récolter 5 000 € pour financer la création des instrumentaux. Et si vous concouriez à faire éclore un jeune artiste axonais ? à votre bon cœur Messieurs Dames ! En attendant, notez que Sir Yris se produira le 25 juin prochain à l’Ermitage de Saint-Gobain pour son tout premier concert…

(*) Cagnotte : fr.ulule.com/vivez-vos-reves-le-premier-album-de-sir-yris/