Danse avec les robots

Impossible d’ignorer le clin d’œil ! Alors que Saint-Quentin s’active à devenir la capitale de la robonumérique, la saison culturelle débute au Splendid avec « Robot », un spectacle de danse totalement innovant, qui explore avec subtilité la relation entre les hommes et les machines. Imaginé par la chorégraphe espagnole Blanca Li, cette production met en scène huit danseurs et sept petits robots Nao, chacun doté de personnalités multiples.
Un ballet inédit, agrémenté d’un orchestre de dix instruments automatisés, jouant en direct leur partition ! Pour Blanca Li, « Robot ! » est véritablement l’aboutissement d’un travail de titan étalé sur trois ans, qui a nécessité une coopération internationale. Du côté des robots, c’est en effet une entreprise française (Aldebaran Robotics) qui a été sollicitée.
Pour le registre musical, direction le Japon où Blanca Li a collaboré avec Maywa Denki, un collectif de musiciens et plasticiens emmené par Tosa Nobumichi. Le résultat ? A la fois futuriste et enchanteur… Sur scène, hommes et machines interagissent les uns avec les autres pour tenter, à travers la danse, de s’apprivoiser, disons même de communier ! C’est drôle, ludique, survolté, accessible aux petits comme aux grands avec, en arrière-plan, la volonté d’ouvrir une porte non pas sur le futur mais sur le rêve. Qui sait ? S’ils savent déjà danser, les robots se mettront peut-être un jour à rêver…

« Robot ! » de Blanca Li : vendredi 25 septembre au Splendid à 20 h 30. Tout public !
Billetterie : 47, rue d’Isle. Tél. : 03 23 62 36 77.

Rencontre avec Blanca Li

Originaire d’Espagne, Blanca Li, tout à la fois danseuse, chorégraphe et réalisatrice, n’a jamais caché sa passion pour la culture arabo-andalouse. Mais très vite, son talent lui a fait jouer à « saute-frontières » en multipliant les expériences aux quatre coins de la planète. De Barcelone à New York, en passant par Paris ou Tokyo, elle collabore avec les plus grands noms dans les domaines de la danse, mode, musique, pub ou encore cinéma. Rencontre avec une pointure internationale…

Pourquoi avoir choisi le thème des robots pour concevoir un spectacle de danse ?
Blanca Li : « Tout simplement parce qu’on vit de plus en plus avec les machines ! Je me suis aperçue que la technologie mais aussi les nouveaux médias avaient, ces dernières années, radicalement changé ma manière de vivre. Dans l’univers du spectacle, on utilise déjà beaucoup de technologies. J’ai eu envie d’aller plus loin en faisant monter les machines sur scène ! »

D’ordinaire, on oppose les machines aux hommes. Dans votre spectacle, on a l’impression que la danse parvient à les réconcilier…
Blanca Li : « Mon spectacle dépeint ce nouveau monde dans lequel les hommes et les robots partagent le même quotidien. A force, ils se retrouvent à partager également les mêmes émotions. C’est une vision très positive ! »

Pourquoi avoir choisi les robots Nao, conçus par une société française ?
Blanca Li : « J’ai vu beaucoup de robots, notamment au Japon. Mais j’ai craqué pour les petits Nao, qui disposent d’une vraie personnalité et qui bougent avec une certaine grâce. Ce sont ceux qui sont le plus à l’aise avec leur corps ! »

Vous avez collaboré avec d’immenses vedettes. Si l’on vous dit Beyoncé, que vous avez notamment mise en scène dans des pubs, vous répondez…
Blanca Li : « Une grande artiste, extrêmement professionnelle, dont l’influence pèse beaucoup. »

Daft Punk…
Blanca Li : « En 1997, j’ai réalisé la chorégraphie de leur clip « Around the world ». C’est ce qui m’a vraiment fait connaître dans l’univers de la musique. »

Jean-Paul Gaultier, dont vous avez scénarisé des défilés…
Blanca Li : « Quelqu’un d’extraordinaire, à la fois très drôle et très généreux. Une belle rencontre… »