Contrat Starter : une aide pour booster l’emploi des jeunes

C’est le 14 avril dernier qu’a été mis en place par le gouvernement le contrat Starter. Un énième contrat aidé ?
Sans doute. Mais son objectif reste clair : favoriser le recrutement des jeunes (moins de 30 ans) rencontrant des difficultés d’insertion. Et contrairement au contrat d’avenir, qui profite exclusivement aux jeunes présentant un niveau de formation inférieur au bac, il n’y a aucune limite de qualification pour bénéficier d’un « Starter ».
A Saint-Quentin, une vingtaine de ces nouveaux contrats ont déjà été signés, sous l’égide de Pôle Emploi et de la Maison de l’emploi et de la formation. La semaine passée, deux jeunes, Mathieu Ufarte et Aurélien Ducastel, ont à leur tour bénéficié de ce dispositif en rejoignant l’équipe de Yannick Collet, qui gère à la fois le bowling et le restaurant de la Base urbaine de loisirs (BUL). Au-delà de l’avantage financier (45 % du salaire est pris en charge par l’Etat), l’employeur bénéficie surtout de la possibilité de développer son activité tout en offrant un accompagnement professionnel à ses jeunes recrues. « L’obligation pour l’employeur est en effet d’offrir une formation aux bénéficiaires d’un contrat Starter », insiste Jean-Jacques Boyer, le sous-préfet de Saint-Quentin.
Reste une interrogation : qu’adviendra-t-il de Mathieu et Aurélien à l’issue de leur contrat, d’une durée de dix mois ? A ce sujet, Yannick Collet se montre rassurant : « Quand on forme un jeune, c’est pour aller jusqu’au bout et le garder le plus longtemps possible. L’objectif est clairement de les embaucher. »

Nouveau départ

  • A 27 ans, Aurélien Ducastel (à droite) a longtemps cherché sa voie en multipliant les expériences. « J’ai enchaîné les boulots et les périodes de chômage. » Son choix est fait : ce sera désormais la cuisine, domaine où, grâce à son contrat Starter, il espère faire carrière.
  • Egalement âgé de 27 ans, Mathieu Ufarte connaît bien le monde de la restauration, où il a longtemps été serveur. Mais aujourd’hui, il espère évoluer en étant notamment formé à la gestion du personnel. L’idée étant aussi de décrocher un CDI à l’arrivée.