Contrat de ville prolongé

C’est signé ! Initialement prévu jusqu’en 2020, le contrat de ville a fait l’objet d’un avenant afin que sa durée soit prolongée jusqu’en 2022. De quoi permettre à la Ville, l’Etat, l’Agglo et de nombreux autres partenaires de poursuivre leurs efforts pour mener une politique de cohésion urbaine et de solidarité envers quatre quartiers prioritaires : Vermand, Europe, Neuville et faubourg d’Isle. A cela s’ajoutent quatre quartiers dits de « veille active » : Saint-Jean, Billion, Artois-Champagne et Saint-Martin. L’idée moteur du contrat de ville ? Améliorer la vie quotidienne des habitants dans les domaines de l’éducation, l’emploi, l’habitat, la santé, l’accès aux droits… « Tous ensemble, on doit contribuer au travers de la politique de la Ville à améliorer la vie de nos concitoyens. Les actions menées grâce au contrat de ville sont un plus pour les publics concernés, qui sont souvent en difficulté. C’est un défi collectif à relever », a rappelé Frédérique Macarez. Un défi qui, selon le maire, passe d’abord par un service public de qualité, « encore plus incarné dans un monde de plus en plus numérique. Dans les centre sociaux, dans les mairies de quartier, nos agents doivent se montrer présents et accueillants. » Et Frédérique Macarez d’annoncer la mise en place à venir d’un « bus itinérant de service public » destiné à sillonner les quartiers.
Autre priorité du contrat de ville : améliorer les conditions de vie en terme de logement et de cadre de vie. « Bien se sentir dans son quartier nécessite des rénovations et des constructions. Mais il faut être très attentif à ce que l’on promet aux habitants, en écoutant leurs doléances », a souligné le maire. Enfin, Frédérique Macarez a insisté sur le fait qu’un contrat de ville devait se traduire par une politique d’accompagnement des habitants, à travers notamment des actions en faveur de l’éducation et la lutte contre l’illétrisme. Et le maire d’évoquer Demos (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale) mené grâce au contrat de ville, « une aventure humaine extraordinaire pour les enfants comme pour leurs parents… »

Subventions
– Le montant total des subventions consenties au titre du contrat de ville s’élève à 814 00 €. Premier contributeur : l’Etat pour 331 000 €. Viennent ensuite l’Agglo (234 000 €), les Hauts-de-France (125 000 €) et la Ville (45 000 € ). A cela s’ajoute la contribution de deux bailleurs (Clésence et Partenord Habitat) à hauteur de 78 000 €.
Positive planet
– Dans le cadre du contrat de ville, l’association Positive Planet a mené à Saint-Quentin l’action « Quartiers d’avenir » qui a permis de sensibiliser plus de 1 700 personnes à l’entreprenariat.