Conseil municipal : Frédérique Macarez fixe les règles

En préambule à l’ordre du jour de son premier conseil municipal ordinaire en qualité de maire (lundi 22 février), Frédérique Macarez a effectué un rappel à l’ordre des règles en vigueur et du rôle de cette instance, précisant : « J’attacherai beaucoup d’importance à la tonalité de nos débats »,  avant d’assurer l’opposition qu’elle respecterait le délai de cinq jours francs pour lui faire parvenir les dossiers. Le ton était donné.
Et de préciser un peu plus tard : « J’ai mis fin à notre collaboration avec le directeur général des services, un recrutement aura lieu. »
Le rapport concernant l’aide à l’immobilier commercial par le biais des loyers de la rue d’Isle a suscité des remarques de l’opposition. « Voilà deux ans que nous avons lancé ces aides », a fait remarquer le maire avant de préciser, à l’attention de la socialiste Carole Berlemont, qu’il n’était pas prévu pour l’instant d’étendre ce dispositif à d’autres quartiers.
Le rapport sur l’implantation de compteurs Gazpar sur 46 sites, dont 35 bâtiments municipaux, a également animé les débats. Ce nouveau système permet de relever les consommations à distance et par conséquent de supprimer les estimations sujettes à polémiques. Pas moins de 19 000 compteurs pourraient être concernés.
S’appuyant sur la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), le communiste Olivier Tournay y voit une atteinte à la vie privée : « Une analyse approfondie des courbes de consommation pourrait permettre de déduire un grand nombre d’informations sur les habitudes de vie des occupants. » Un point de vue que ne partage pas Frédérique Macarez : « Cela permet de facturer la consommation réelle, je n’y vois que des avantages ». Pas de débats houleux ou haineux malgré l’approche de la législative partielle, chacun semblant observer la stratégie de l’autre.