Conseil d’agglo : marchands de sommeil

A l’ordre du jour du conseil de communauté d’agglomération, qui s’est tenu le 20 février, une obligation légale dans le cadre du débat d’orientation budgétaire :

l’examen du rapport annuel de développement durable. Une vision à long terme pour construire l’avenir mettant en exergue les engagements pour servir les finalités du développement durable en matière d’habitat, de transport…

Dans le cadre de la préparation du budget primitif, Xavier Bertrand a rappelé sa détermination à maîtriser les dépenses de fonctionnement avant de confirmer que les taux des taxes d’habitation, foncières sur les propriétés bâties, non bâties et cotisation foncière des entreprises demeureraient inchangés cette année.

Le taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, fixé à 14,36 % en 2009 pour couvrir le coût effectif du service rendu à la population, restera inchangé pour la 7e année consécutive. Du côté du prix du m3 de l’eau potable, la gestion optimisée du service a permis de limiter la hausse pour 2015. Son tarif a été fixé à 1,70 € le m3, soit une hausse de 0,03 € par rapport à 2014.

Le débat s’est animé avec l’approbation d’une convention avec la CAF destinée à combattre les marchands de sommeil avec des logements indécents. Une première dans le département qui va donner les moyens de débusquer les situations intolérables. Selon l’adjoint aux affaires sociales, Freddy Grzeziczak, 12,5 % de logements du parc privé seraient indignes.

L’intervention de Jean-Claude Cappèle pour souligner les actions du conseil général en ce sens a suscité la colère du président : « Si on fait ça, c’est qu’il n’y a pas de résultat. »conseil agglo