C’est l’histoire d’un mec Rencontre avec Frédéric Macaigne, écrivain biographe

Est-ce parce qu’il a été instit’ en maternelle pendant plus de trente ans ? Toujours est-il que Frédéric Macaigne, un Saint-Quentinois de 53 ans, a la volonté de transmettre imprimée dans sa chair. A tel point qu’en marge de sa profession, il a décidé d’exercer une activité peu ordinaire : écrivain biographe. « Le déclic est venu devant la tombe de mon grand-père maternel, un émigré italien décédé alors que j’étais enfant et sur lequel je ne savais pas grand-chose. J’ai soudain pris conscience que mon histoire familiale avait en partie disparu et que c’était dommage de voir ainsi des souvenirs s’éparpiller à jamais. » D’où l’idée de proposer ses services à celles et ceux qui souhaitent coucher sur le papier le récit de leur vie. « Ce qui me motive, c’est la transmission de génération en génération. Nul besoin d’avoir été un héros ou d’avoir vécu une existence extraordinaire pour avoir quelque chose à transmettre », insiste Frédéric. Travailleur de l’ombre, l’écrivain biographe est appelé à jouer plusieurs rôles puisqu’il est tout à la fois confesseur, metteur en scène et conteur. « Mon premier livre date de 2009. C’était pour l’entreprise Moret qui fêtait cette année-là ses 140 ans d’existence. Depuis, j’ai rédigé plus d’une cinquantaine de récits de vie. » Ou plutôt « Albums de vie » puisque c’est la marque qu’il a déposée. Parmi ses rencontres les plus marquantes, Frédéric évoque sans hésiter Gilbert de Chauvigny de Blot, du nom d’un chirurgien chaunois, officier durant la Seconde Guerre Mondiale ayant pris part à la fameuse bataille de Monte Cassino. « Quand je l’ai rencontré, il approchait les 100 ans et se montrait complètement déprimé. Lors de notre premier entretien, je lui ai demandé quels étaient ses projets. Il m’a répondu du tac au tac : mourir le plus vite possible. Et puis, au fil de nos entretiens, le fait d’évoquer ses souvenirs lui a redonné goût à l’existence… » A croire que ces albums de vie sont vécus comme une sorte de catharsis. « Placer des mots sur son vécu, remettre en perspective son parcours, donner du relief à ses souvenirs, tout cela fait forcément du bien. D’autant qu’à l’arrivée, il y a ce récit que l’on transmet, comme une main tendue, aux générations suivantes. » Biographies, sagas familiales, récits de vie, livres de naissance, carnets de voyage… la plume de Frédéric s’aventure dans des univers sans cesse renouvelé. Qui sait ? Peut-être serez-vous son prochain confident…
En savoir plus sur www.albumdevie.com
 
Venez à sa rencontre !
– Le dernier ouvrage en date de Frédéric Macaigne n’est autre que « Les fées d’Isis », qui avait fait l’objet d’une présentation dans notre dernière parution. Ouvrage qui sera à l’honneur lors d’une journée « spécial dédicaces » à la librairie Rédic (18, rue Raspail) ce samedi 27 mars.
– De 10 h à midi, Frédéric sera sur place pour présenter son activité d’écrivain biographe. Puis, de 14 h à 17 h 45, Joselyne Drécourt et Liliane Blondeau, les deux « héroïnes » des « Fées d’Isis » se plieront de bonne grâce au jeu des dédicaces.