Cauet fidèle à St-Quentin

Fier de ses racines, Sébastien Cauet ne manque jamais d’adresser un clin d’œil amical à Saint-Quentin, sa ville natale. Ce vendredi 27 novembre, il sera d’ailleurs sur la scène du Splendid pour une soirée privée organisée par le District Aisne Football. L’occasion pour « l’animateur-humoriste » de roder son prochain spectacle, dont la toute première date (le 1er juillet 2016) est programmée… dans la cité des Pastels, bien sûr ! Cauet nous en dit plus…

La tournée de votre prochain spectacle débutera à Saint-Quentin le 1er juillet 2016. C’est sympa d’avoir pensé à nous…
Cauet : « Il y a des endroits qui portent bonheur et Saint-Quentin en fait partie ! Après, j’enchaînerai sur Avignon, puis Paris. Mais ça me tenait vraiment à cœur de débuter cette nouvelle tournée dans ma ville natale. »

Vous avez joué plus de 300 fois votre précédent spectacle, « Cauet sur scène ». Ça n’a pas été trop dur de tourner la page ?
Cauet : « Oh que si ! Ce spectacle, je l’ai joué pour la dernière fois en octobre à la Martinique et j’ai ressenti là-bas une terrible angoisse à l’idée de l’abandonner. C’est pour ça que j’ai voulu passer très rapidement à un nouveau one-man-show. »

Celui-ci n’a pas encore de titre définitif mais vous le présenter déjà sur scène dans « Cauet en rodage ». C’est facile d’essuyer les plâtres en direct live ?
Cauet : « En tout cas, je m’étais préparé à me prendre des claques ! (rires) Mais en réalité, ça se passe très bien. Faut dire aussi qu’il y a deux méthodes pour roder un spectacle : certains artistes livrent leurs textes en pâture en arrivant sur scène avec une feuille et beaucoup d’hésitations ; et puis, il y a ceux qui bossent très dur en amont pour présenter un spectacle limite abouti. C’est naturellement cette seconde méthode que j’ai choisie. »

Certains humoristes ont tendance à toujours reproduire le même spectacle…
Cauet : « Ce qui n’est pas mon cas ! Tout est nouveau dans mon prochain one-man-show, du sol au plafond ! Pas question de refourguer de vieilles vannes. Même la mise en scène a complètement changé. Là, je suis beaucoup plus proche du public avec, je l’espère, beaucoup d’interactivité. C’est 1 h 30 de show en continuité pendant lequel j’évoque sans fil conducteur des sujets très variés. »

Justement, quels sont les thèmes que vous abordez ?
Cauet : « J’ai un gros dossier sur la masturbation, je parle aussi d’un séjour à l’hôpital, du suicide, de « Cinquante nuances de Grey »… J’ai aussi un passage où Dieu rassemble une table de goûteurs pour décider ce qui est bon ou pas ! D’ailleurs, je mange moi-même sur scène en expliquant au public que j’en avais trop marre de dîner à pas d’heure après le spectacle. »

Pas très prudent pour quelqu’un qui dit prendre 4 kilos à chaque fois qu’il respire un pain au chocolat…
Cauet : « Mais je ne mange pas en vrai, banane ! Je me contente de déguster… »

Désolé. Bon, impossible de ne pas vous poser la question : en tant qu’artiste qui se produit sur scène, comment avez-vous vécu les récents événements, notamment l’attentat du Bataclan ?
Cauet : « Depuis que l’homme est l’homme, il y a toujours eu des attentats. Il y a une période incompressible à passer, un mélange de choc, d’appréhension, de peur, de tristesse… C’est comme une vie qui s’écoule. Et puis, peu à peu, il faut reprendre le cours des choses. Et je crois sincèrement que le rire peut y contribuer… »

« Cauet en rodage » : jeudi 3 décembre à 20 h 30 au centre culturel de Tergnier. Tarif : 13 €.
En spectacle à Saint-Quentin : vendredi 1er juillet 2016 (billetterie : 03 23 62 36 77).