Brigitte : Duo chic & choc

Sylvie Hoarau et Aurélie Saada : voici deux chanteuses dont le nom ne vous évoque sans doute pas grand-chose. En revanche, une fois réunies en duo, un prénom surgit : Brigitte ! Mi-Bardot, mi-Lahaie, cette drôle de femme à deux têtes déborde de sensualité dans ses textes comme dans ses musiques. Une opération séduction à laquelle il est bien difficile de ne pas succomber. Frissons garantis pour ceux qui iront applaudir Brigitte sur scène le 26 mars au Splendid. En attendant, Aurélie Saada s’est confiée à St-Quentin Mag.

Avec Sylvie, on doit souvent vous prendre pour deux sœurs, non ?
Aurélie Saada : « Ça nous arrive et c’est souvent très amusant ! Mais dans la vie, on ne se ressemble pas du tout. Une fois nos costumes de scène remisés au placard, on est vraiment très différentes. En revanche, avec Sylvie, on se perçoit comme deux sœurs. On aime cette notion de gémellité qui nous rapproche. De toute façon, nos cœurs se ressemblent ! » (rires)

Allez, question inévitable : pourquoi avoir choisi le prénom de Brigitte ?
Aurélie Saada : « Pour moi, c’est d’abord un prénom extrêmement féminin, avec une petite touche glamour et sulfureuse. On pense à Brigitte Bardot mais aussi à Brigitte Lahaie. Et en même temps, c’est un prénom très courant, celui de la voisine, de la boulangère, de la dame à la cantine, de la maman qui aime faire des gâteaux. Tout le monde se retrouve dans ce prénom, à commencer par nous ! »

Comment se répartit le travail de composition entre vous deux ?
Aurélie Saada : « On bosse ensemble chez moi, en apportant chacune nos peines, nos joies, nos déboires, les choses qui nous attristent ou qui nous font rire. Au tout début de notre collaboration, j’étais plus à l’aise avec les textes. Et puis, petit à petit, on a appris à s’apprivoiser et aujourd’hui, je pense qu’on a trouvé le bon équilibre dans notre travail de composition. »

Brigitte sur scène, en direct live, c’est plutôt chic ou plutôt choc ?
Aurélie Saada : « Les deux ! (rires) Avec Sylvie, on a beaucoup travaillé la scénographie avec l’envie de raconter aux spectateurs une histoire. Celle d’une femme à plusieurs visages : il y a la maquillée, la timide, la profonde, la pute, la maman… Au fil des chansons, les visages se transforment. Rien n’est figé ! »

On sent dans vos musiques une grosse dose de sensualité. C’est voulu ?
Aurélie Saada : « En tout cas, ça n’est pas calculé. Nous, on travaille avec ce qui nous amuse, l’harmonie des voix, la sensations des rythmiques… Cette dimension sensuelle nous plaît mais on joue aussi beaucoup sur le registre de l’humour. Les séductrices ont aussi le droit d’être rigolotes, non ? »

Sûr ! Sinon, le côté vintage de vos chansons, c’est lié à une certaine nostalgie des 70’s ?
Aurélie Saada : « Eh ! Moi, j’étais pas née dans les années 70. Donc, non, il ne s’agit pas de nostalgie. En revanche, on adore les divas de cette époque, Dona Summer, Diana Ross… Tout cet univers à la fois soul et disco, dans lequel évoluaient des chanteuses très féminines, à la fois fortes et fragiles. Mais cette référence aux 70’s, c’est aussi un hommage à nos mères.  Moi, petite fille, j’imaginais que ma maman avait vécu sa jeunesse dans un tourbillon disco et ça me faisait rêver. »

Brigitte en concert : samedi 26 mars (20 h 30) au Splendid.
Tarif : 30 € / 35 €. Billetterie : 03 23 62 36 77.