Boxe : sans faute pour Averlant & Frénois

Mission accomplie vendredi dernier (19 février) au palais des sports pour Guillaume Frénois et Tony Averant. Dans une ambiance des grands soirs, après quelques mises en bouche, les choses sérieuses débutaient avec Guillaume Frénois. Pour son dernier combat avant l’échéance européenne du 1er avril prochain à Barcelone, dès le premier coup de gong, le challenger officiel sortait le grand jeu.
Pas de round d’observation, le fausse garde malmenait l’Hondurien Miguel Gonzales. Séries des deux mains, uppercuts, alternant corps-face, meilleur technicien, Guillaume Frénois surclassait son adversaire. Et malgré la pression qu’il imposait au Hondurien, Giovanni Boggia, son entraîneur, lui reprochait de ne pas « être à fond ». A la 7e reprise, la précision finissait par payer, un crochet gauche au foie envoyait Miguel Gonzales au tapis. Son homme de coin préférait jetait l’éponge pour abréger son calvaire. Après 40 victoires en 41 combats, le Saint-Quentinois est prêt pour partir à la conquête du Vieux Continent.
Ambiance surchauffée pour le championnat du monde WBF des mi-lourds. Conscient d’être face à un puncheur, plus grand que son adversaire, Tony Averlant débutait le combat jouant de son jab du gauche avec merveille pour le tenir à distance. Sentant le combat lui échapper au fil des rounds, Daniel Wanyonyi, qui fut tout sauf un faire-valoir, cherchait alors le coup dur.
Visiblement énervé, le Saint-Quentinois acceptait l’épreuve de force. Un duel qui mit le feu au palais des sports ! Affichant une détermination exceptionnelle, plus précis, au terme des 12 reprises, Tony Averlant  conservait logiquement sa ceinture mondiale.