Bien nuls chez les Ch’tis

Une bonne grosse claque en terre nordiste… Le 7 mai dernier, pour leur ultime match de la saison, les joueurs du SQBB ont courbé l’échine face aux Ch’tis. Score final : 98 à 77 en faveur de Denain. Un mot pour résumer le match ? « Catastrophique ! J’ai du mal à expliquer un tel résultat à Denain alors que le SQBB avait fait preuve, dans la dernière ligne droite, de combativité et d’un très bon état d’esprit. Mais là, on s’est fait littéralement marcher dessus ! », s’emporte Jean-Guy Pellis.
Le pire, pour notre consultant, c’est que les supporters s’étaient déplacés en masse pour ce dernier match. « Les Saint-Quentinois étaient au moins 400 dans les tribunes. Et tout ce qu’ils ont eu, c’est une prestation minable du SQBB. J’ai discuté moi-même avec les supporters et tous s’accordaient à dire que cette rencontre n’avait pas été digne du SQBB. »
Les hommes de Sébastien Lambert avaient pourtant tout à gagner : « Bien sûr ! Non seulement on visait les play-offs, mais on pouvait aussi rêver de la Pro A. Or, sur 40 minutes de jeu, les joueurs saint-quentinois n’en ont joué qu’une quinzaine. Difficile de gagner dans ces conditions. »
Dans le collimateur de Jean-Guy Pellis, on retrouve certains joueurs au passeport américain : « Je n’hésite pas à le dire : Nigel Wyatte et Rasheed Wright ont été en-dessous de tout. C’est même à se demander s’il faut s’obstiner à recruter des mercenaires américains qui ne savent pas toujours mouiller le maillot. » Résultat final pour cette saison 2013-2014 de Pro B : « On finit à la 10e place. Quand on sait qu’on a le 5e budget de Pro B, il y a un décalage qui soulève bien des questions. »
Du reste, est-ce bien réaliste de songer à la Pro A après une saison en demi-teinte ? « Non, c’est totalement illusoire, estime Jean-Guy Pellis. En tout cas, pas avant deux-trois ans. Pour la saison prochaine, il faudra s’interroger sur le type de joueurs qu’on souhaite recruter. Et puis, le SQBB doit davantage se professionnaliser, notamment au niveau de l’encadrement. Il nous faut impérativement un manager général pour gérer le club. »
Reste une question, incontournable en fin de saison : faut-il ou non changer d’entraîneur ? « Sébastien Lambert est un bon coach mais c’est aussi un jeune coach. A-t-il le métier et l’envergure pour emmener le SQBB en Pro A ? Point d’interrogation. »

Laisser une réponse