Auto, moto, rétro : l’expo qui vous sort de votre train-train !

Voilà une exposition qui aura su se faire désirer puisqu’il a fallu attendre quatre ans avec que l’Association saint-quentinoise de la belle automobile (ASQBA) n’organise un nouveau Salon Auto Rétro. Lequel se tiendra (bonne nouvelle !) ce week-end du 1er et 2 novembre.
Allez, on met les gaz pour rallier Gauchy et mettre le cap sur les bâtiments situés face à Soprocos. « Au total, entre 70 et 80 véhicules de collection seront exposés, ainsi qu’une trentaine de motos, précise Pierre-Marie Landa, membre fondateur de l’ASQBA. Un parking sera également réservé à tous les possesseurs de voitures anciennes. »
Bref, l’occasion pour les vieux « tacots » de rouler des mécaniques ! Des Simca Régence jusqu’aux Renault Dauphine, en passant par les Peugeot 403, DS, Mercedes et autres Cadillac, il y en aura pour tous les goûts. Au passage, rappelons que l’ASQBA, qui fêtera ses 30 ans l’an prochain, a pour vocation de restaurer et faire rouler les voitures anciennes. « Nous organisons aussi des sorties, des visites et des rallyes-promenades », ajoute Michel Mouton, le président. Bref, si vous êtes vous-même l’heureux propriétaire d’un véhicule de collection ou simple passionné, n’hésitez pas à rejoindre les rangs de l’association, qui compte 90 adhérents.

Salon Auto Rétro : 1er & 2 novembre (9 h à 19 h). 1, route de Chauny à Gauchy. Entrée : 4 € (gratuit pour les – 12 ans). Contact : 06 25 09 53 11.

Voitures de collection
Aux yeux de la loi, un véhicule est considéré comme étant de collection à partir du moment où il est âgé de plus de 30 ans et qu’il possède une carte grise dite « de collection ». Cette carte grise lui permet de le dispenser du passage obligatoire du contrôle technique. Elle s’obtient auprès de la FFVE (Fédération française des véhicules d’époque). Coût : 50 €.
En France comme à l’étranger, le marché de la voiture de collection bat, ces temps-ci, tous les records. En août dernier, du côté de Los Angeles, une Ferrari 250 GTO de 1962 s’est vendue pour la « modique » somme de 38 millions de dollars, soit 29 millions d’euros !