« Alors on s’aime » Un peu, beaucoup, à la folie…

Daniel Russo et Corinne Touzet : un couple au bout du rouleau ! Au théâtre s’entend, dans la pièce « Alors on s’aime ». Pour sauver leur vie de couple, Docteur Love, interprété par Loup-Denis élion (Cédric dans la série « Scènes de ménages »), sera-t-il l’homme de la situation ? Réponse ce dimanche 6 octobre sur la scène du Splendid. En attendant, Daniel Russo a répondu à nos questions…

« Alors on s’aime », une pièce qui parle évidemment d’amour…
– Daniel Russo : « C’est d’abord une belle engueulade entre deux conjoints ! L’histoire d’un couple qui passe son temps à se disputer à tel point que leur voisin finit par craquer ! Celui-ci a pour surnom Docteur Love et c’est un vrai spécialiste de la vie de couple. Il tient d’ailleurs une chronique à la radio pour aider les gens dans leur vie amoureuse… Le couple que j’interprète avec Corinne Touzet va alors décider de le séquestrer pour les aider à sauver leur histoire d’amour. C’est très drôle, d’autant que c’est un sujet qui touche tout le monde. Quand on a joué la pièce à Paris, il y a des spectateurs qui nous on dit qu’ils allaient essayer d’appliquer les conseils donnés par Docteur Love ! » (rires)
Dans cette pièce, vous interprétez Max. Quel est son profil ?
– D.R. : « C’est un personnage qui travaille beaucoup, au point de ne plus voir les choses et ne plus accorder d’attention à sa femme, sauf quand elle dépense du fric ! »
Vous partagez l’affiche avec Corinne Touzet et Loup-Denis élion. Est-ce la première fois que vous jouez avec eux ?
– D.R. : « J’ai déjà travaillé avec Corinne, mais avec Loup-Denis, c’est une première. On forme un bon trio. Nous sommes une bonne petite équipe et c’est un vrai plaisir de se retrouver sur scène. »
Vous êtes un comédien qui passe volontiers d’un univers à l’autre. Mais votre cœur balance plutôt pour le ciné ou le théâtre ?
– D.R. : « La scène, c’est vraiment mon truc. Pour moi, c’est un travail formidable. C’est vraiment ma passion. D’ailleurs, lorsque je me rends au théâtre le soir, je ne dis jamais à ma femme que je vais travailler. Au contraire, je dis que je vais jouer ! C’est pas magnifique ça ? »
Tout jeune, vous ne vous destiniez pas à devenir acteur…
– D.R. : « Non, j’ai fait l’école Boulle pour faire de la décoration. J’avais également un petit groupe de rock. Je suis arrivé au théâtre par accident. Un jour, j’ai décoré un appartement et on m’a dit que le propriétaire avait aimé mon travail et qu’il voulait me rencontrer. C’était Robert Lamoureux ! Je suis allé le voir au théâtre et là, j’ai ressenti un coup de foudre pour cet art avec l’envie d’en faire moi-même… »
Avec le recul, regrettez-vous d’avoir choisi cette voie artistique ?
– Daniel Russo : « Aucun regret ! Je peux toujours peindre, faire du dessin, même si actuellement je n’ai pas trop le temps. Ma guitare est rangée dans son coffre. Mais il m’arrive de la sortir pour en jouer quelques notes pour les besoins du théâtre. »  N. Laurence

« Alors au s’aime » : dimanche 6 octobre au Splendid à 17 h. Tarif plein : 40 €.
Billetterie : 14, rue de la Sellerie.