Alain Bauer invité du Barreau

Bauer

Foule des grands soirs à Fervaques à l’occasion de la passation de pouvoir entre Anne-Sophie Baert et Philippe Vignon au poste de bâtonnier de l’Ordre des avocats. Pour son second mandat à dix ans d’intervalle, Philippe Vignon a rappelé son attachement au maillage judiciaire du département, avant de faire état de ses préoccupations avec, cette année, le spectre d’une nouvelle réforme judiciaire. Celle-ci pourrait entraîner la fermeture du tribunal de Saint-Quentin. « Il est dangereux d’éloigner la justice des justiciables », a clamé le nouveau bâtonnier avant de déplorer une aide juridictionnelle aujourd’hui inférieure au seuil de rentabilité des cabinets.
La soirée s’est poursuivie avec une conférence magistrale d’Alain Bauer, professeur de criminologie à Paris, New York, Pékin et Shanghai, sur le thème : « La lutte contre le terrorisme et la protection des libertés ». Conseiller de Rocard puis de Sarkozy, le conférencier a retracé l’histoire du terrorisme, un concept inventé par la France, puis dénoncé la prolongation de l’Etat d’urgence, sans réelle efficacité selon lui, avec le risque de s’habituer à un régime d’exception.
Selon l’expert, depuis 1995, le terrorisme s’est transformé en « gangsterrorisme » avec des mi-criminels mi-terroristes ne disposant d’aucune logistique, simplement mûs par une impulsion. Un mécanisme qui, selon Alain Bauer, a atteint ses limites après les attentats du Bataclan, puis Nice, qui ont conduit des populations d’origine musulmane, victimes elles aussi, à ne plus hésiter à faire appel aux forces de l’ordre lorsque des comportements leur semblaient suspects. Pour Alain Bauer, « ce qui est nouveau, c’est ce que nous avons oublié » et de rappeler « Mein kampf » avant d’appeler les citoyens à la vigilance, la résilience et la résistance.