Accès au droit : un bien commun

pt Droit

Dans une société de plus en plus complexe, régie par quelque 8 000 lois et 110 000 décrets, connaître ses droits relève de l’impossible. A la fin des années 1990, un lieu d’accueil et d’écoute voyait le jour à Saint-Quentin. Devenue la Maison de l’égalité et du droit au palais de Fervaques depuis 2005, celle-ci vient d’être labellisée par le ministère de la Justice. « L’accès au droit ne doit pas être un privilège mais un bien commun », souligne le maire, Frédérique Macarez.
Point d’accès à l’information et à l’accompagnement en matière de justice, cette structure, pivot de la politique de prévention et de sécurité, accueille et oriente chaque année plus de 6 000 personnes confrontées à des problèmes, via des permanences gratuites tenues par des professionnels du droit et des associations. Un tiers des usagers sont ensuite accompagnés par différents partenaires dans leur démarches : avocats, notaires, défenseurs des droits, conciliateurs… Pas moins de 41 % des problèmes réglés concernent des conflits de voisinage, 31 % ont trait à la famille (séparations, paiements de pensions alimentaires, tutelles…), 19 % relèvent de litiges entre propriétaires et locataires.
Le maire a par ailleurs annoncé des efforts en matière de prévention à la sécurité routière, la radicalisation, les pratiques addictives aux stupéfiants et aux écrans (eh oui !) et contre les violences faites aux femmes. « Nous devons réussir à mieux prévenir. Notre objectif est de garantir l’égalité à tous », a conclu Frédérique Macarez avant de rendre hommage aux responsables de la Maison de l’égalité et du droit : Sandrine Diot et Grégory Lacaille.