Politique frictions au conseil municipal

28 mars 2014. Le carillon de l’hôtel de ville vient à peine d’égrener l’heure que Xavier Bertrand déclare « le conseil municipal installé ». Dans les rangs des quarante-cinq élus (dont neuf pour l’opposition), de nouvelles têtes dissimulent mal leurs appréhensions. Le ton est solennel, le décorum imposant. 19 h 21 : une salve d’applaudissements rebondit contre les boiseries, Xavier Bertrand est officiellement élu maire. Dans la foulée sont désignés ses treize adjoints, dont six nouveaux (ci-contre).
Comme souvent, un conseil municipal d’installation donne le ton quant à la couleur des débats à venir. D’emblée, Michel Garand (PS) choisit de se montrer incisif en revenant sur les résultats du 1er tour : « Je note, M. le maire, que vous perdez 2 000 voix par rapport à l’élection de 2008.» Une bien curieuse stratégie pour le chef de file des socialistes qui, au passage, omet de préciser qu’il a lui-même égaré 4 408 voix sur le chemin des urnes. Un oubli qui n’aura pas échappé à Xavier Bertrand : « Vous êtes loin, très loin derrière Jean-Pierre Lançon (candidat PS en 2008, NDLR), qui n’était pourtant pas une référence en matière de succès électoraux. » Ambiance…
En politique, les fers sont naturellement faits pour être croisés. A condition toutefois, comme l’a rappelé le premier édile, que « l’intérêt général ne soit pas la somme d’intérêts particuliers ».

Adjoints au maire : qui fait quoi ?

  • Monique Ryo : Premier adjoint, politiques publiques et contractualisations.
  • Christian Huguet : Santé et relations avec le monde combattant.
  • Frédérique Macarez : Développement et sécurité.
  • Freddy Grzeziczak : Affaires sociales et solidarité.
  • Françoise Jacob : Education, jeunesse, petite enfance.
  • Thomas Dudebout : Démocratie de proximité, coordination des actions des élus de quartier.
  • Marie-Laurence Maître : Culture et centre sociaux.
  • Dominique Fernande : Partenariat extérieur et promotion de la ville.
  • Sylvie Robert : Finances et administration générale.
  • Frédéric Alliot : Sports.
  • Monique Bry : Rénovation urbaine et cadre de vie.
  • Alexis Grandin : Relations internationales et coopération.
  • Mélanie Massot : Animations (en photo).

Ils ont dit :

Mise en garde
Xavier Bertrand (UMP) aux conseillers municipaux :
« Vous avez une chance formidable d’être élus. Beaucoup auraient aimé être à votre place. Vous avez maintenant des devoirs et seulement des devoirs. Vous avez un droit quand même : celui d’être respectés dans l’exercice de vos fonctions. »

Bon courage !
« Le mandat municipal est certainement l’un des plus engageants, parce qu’il y a la proximité. C’est aussi l’un des plus prenants, qui demande des sacrifices terribles, professionnels, personnels et familiaux. »
(Xavier Bertrand, UMP).

Bas les masques
« Afin qu’ils ne puissent jouer de la petite musique de la victimisation, je rapellerai que derrière la façade ripolinée du FN se trouve le même fonds de commerce nauséabond, celui de l’extrême droite. »
(Olivier Tournay, PCF).

Trop modeste ?
« Je ne ferai pas de déclarations grandiloquentes, vous savez tous que je n’en ai pas le talent. »
(Yannick Lejeune, FN).

Règles du jeu
« Quand quelque chose va mal dans une ville, c’est la faute du maire. Quand quelque chose va bien, ça n’est jamais grâce au premier magistrat. Je connais les règles du jeu et les ai acceptées depuis bien longtemps. »
(Xavier Bertrand, UMP).

Haute idée
« J’ai une haute idée de ce que doit être la politique, autre que celle des professionnels qui en vivent. »
(Michel Garand, PS).

Sondage qui fâche
« Lorsque le groupe Jol Press finance un sondage pour Saint-Quentin, celui-ci peut être considéré comme une action de communication qui vise à influencer les électeur. »
(Michel Garand, PS)

Cherchez l’erreur
« Vous critiquez un sondage et vous avez raison ! Il s’est trompé. Il vous donnait 2e, vous êtes arrivé 3e.»
(Xavier Bertrand, UMP).