12 citoyens à l’honneur

La ville a décidé de mettre 12 personnes à l’honneur le 12 avril dernier. Des citoyens méritants, reconnus et admirés pour leur dépassement de soi, leur engagement dans les domaines du sport, de la solidarité, du partage… Bref, de véritables exemples à suivre pour tout un chacun, des modèles. Le maire Frédérique Macarez a rappelé le parcours de chacun des récipiendaires avant de leur remettre la médaille d’honneur de la Ville.
– Les honorés : Maya Kayali, bachelière en 2017 avec 20,17 de moyenne sur 20 ; Philippe Socha, ancien directeur de l’APEI ; Maryse Prévot, responsable des Restos du cœur; Alain Richard, trompettiste et fondateur du BRB ; Edouard Magnan, handicapé, présent sur toutes les manifestations de la ville ; Michele Benignetti et Eleonora Spina, musiciens au conservatoire ; Valérie Dumange, auteur de « 21 elles et moi » ; Teddy Clary, vainqueur de la coupe de France de karaté ; Sylvianne et Jean Legrain, photographes ; Josette et Daniel Emery, association d’animation de Saint-Martin. Bravo à tous !

Edouard Magnan : aller au-delà du handicap

– Quel que soit le temps, allongé sur son fauteuil roulant, on croise Edouard Magnan, alias Papy Doudou, toujours le sourire aux lèvres. A 78 printemps, rien ne semble pouvoir entamer la bonne humeur et le dynamisme de ce Marseillais d’origine arrivé dans le Saint-Quentinois en 1999. Pas même le souvenir de cet accident du travail qui, à 44 ans, a bouleversé sa vie. « Il y a toujours pire. » Habitant de Rouvroy, membre de l’Association des paralysés de France, adepte du tir à la sarbacane, il n’hésite pas à participer aux Fêtes du Bouffon, au Téléthon… Chirac avait même tenu à le saluer lors d’une de ses venues à Saint-Quentin. « Je l’ai connu en Corrèze, il avait inauguré le camp de vacances dont j’étais le gardien, il s’en souvenait. » Pour être bien vu, son lit roulant arbore toujours des drapeaux. « On ne voit que mes jambes, ces drapeaux m’apportent un peu plus de sécurité ». Cette reconnaissance de Frédérique Macarez, il en est presque gêné. « Cela me touche, je ne fais rien de spécial. Dans ma position, je ne passe pas inaperçu et comme je suis du midi, j’ai tendance à beaucoup parler ! », conclut le sourire aux lèvres Papy Doudou.

Maryse Prévot : le bénévolat chevillé au corps

– De retour à Saint-Quentin en 2005 après une carrière professionnelle dans le Cotentin, Maryse Prévot a envie de s’investir dans le bénévolat et plus particulièrement le social. Son père est bénévole aux Restos du cœur, elle l’accompagne. Elle s’y occupe d’abord de la distribution alimentaire, puis devient inscripteur, enfin adjointe au chef de centre avant d’être désignée responsable en 2013. Sa motivation : « Aider les gens dans le besoin, on peut apporter énormément. » Depuis, elle donne son temps sans compter avec abnégation au sein d’une véritable PME d’une centaine de bénévoles. Lors de la campagne de l’hiver dernier, 952 familles ont été accueillies, soit 2 271 personnes, 1 978 ont été acceptées pour l’aide alimentaire pour laquelle pas moins de 150 000 repas ont été distribués. Une baisse de 10 % par rapport à l’hiver précédent. « Il y avait plus de personnes seules et de retraités, mais beaucoup de retraités n’osent toujours pas venir », déplore Maryse Prévot. Sa mise à l’honneur par le maire ? « C’est une grosse surprise, je suis très honorée. Je suis entourée d’une équipe formidable sur laquelle je peux me reposer. Cette distinction leur revient à tous. »